Maria do Carmo Sepúlveda

Rio de Janeiro, Brésil

 

Les leçons que Jésus a léguées à l’humanité restent vivantes, et ceux qui cherchent des lignes directrices pour leur amélioration morale y trouvent un programme sûr, un guide pour affronter les situations difficiles qui se présentent quotidiennement. 

 

Dans le livre « Vers la lumière », du bienfaiteur Emmanuel, à travers la psychographie de Francisco Cândido Xavier, on enregistre une affirmation de la plus haute importance pour les chrétiens de tous les temps : « Si la Bonne Nouvelle ne s’est pas répandue au cours du temps […], c’est parce que lesdits missionnaires du Christ […] n’ont pas su cultiver la fleur de la vie et de la vérité, de l’amour et de l’espérance que leurs exemples avaient implantée dans le monde — l’étouffant ainsi dans les temples empreints d’une fausse religiosité  […] ».

 

Dans ce sens, rappelons-nous : ceux qui embrassent le christianisme et croient que Notre Seigneur Jésus-Christ est venu sur notre planète pour implanter le Royaume de Dieu dans le cœur de l’homme, doivent veiller à la pratique quotidienne de la culture des enseignements dont le Divin Jardinier a été l’exemple. 

 

Ses premières leçons s’adressent au groupe de disciples qui, invités à collaborer à la diffusion de la Bonne Nouvelle, se consacrent, imprégnés de renoncement et sans ménager leurs efforts, à la tâche sublime à laquelle ils sont appelés. Aujourd’hui, nous sommes les diffuseurs des messages du Maître, et nous devons donc veiller sur l’Évangile, ce magnifique trésor de vertus qui ennoblit nos esprits.

 

Dans la nouvelle « Le rêve de Startsi », de Tolstoï, à travers la psychographie d’Yvonne do Amaral Pereira, il y a une histoire touchante sur la venue de Jésus sur notre planète pour expérimenter les valeurs qui sont le levier du progrès spirituel de l’homme. Au moment où les vertus qui accompagnent le Christ arrivent ici pour rencontrer les habitants de la Terre, encore au loin, elles la voient et sont éblouies par la beauté exubérante de la nature qui la caractérise et en concluent que l’homme – étant récompensé par le Créateur avec un lieu si spécial à habiter – doit être très évolué pour mériter un si grand privilège. Elles décident de l’accompagner pour confirmer leurs suppositions, mais elles reviennent en pleurant de déception et de tristesse et se tournent vers Jésus, en lui signalant les imperfections de ceux qui vivent dans le lieu qui recevra sa présence lumineuse.

 

Le Maître les console en leur expliquant que l’objectif de Sa venue sur la Planète était, précisément, d’enseigner l’amour, l’humilité, l’espoir, la gratitude, la foi, la patience, le pardon, la loyauté, le travail, la douceur et toutes les autres vertus, qui seraient illustrées par Lui dans ses actions quotidiennes comme des leçons capables de transformer ces cœurs encore inexpérimentés face à l’existence.

 

C’est ainsi que la vérité qui libère l’humanité est imprimée en couleurs vives : L’Évangile de Jésus est un bouquet de fleurs parfumées qui embellit les esprits. Ces fleurs rares sont les vertus enseignées par le Divin Maître il y a plus de deux mille ans et qui doivent être cultivées dès le plus jeune âge, avec l’aide des parents, voire de toute la famille, et, en même temps, des éducateurs qui représentent aujourd’hui les disciples chargés de diffuser le message de vie éternelle vécu par le paisible Nazaréen.

 

C’est pour cette raison que l’éducation des enfants et des jeunes occupe une place si spéciale dans les maisons spirites.

 

Les messages de la Spiritualité sur l’importance de l’Évangile aujourd’hui continuent d’arriver sur Terre, et le Frère Infini nous a donné les messages qui ont été rassemblés dans le livre « Le Jardin du Seigneur ».

 

Nous allons donc parcourir quelques-unes de ses pages, en soulignant la force transformatrice de ses leçons, qui peuvent contribuer, dans les espaces dédiés à l’éducation, à semer les valeurs si indispensables à la formation du caractère de ceux qui commencent maintenant leur parcours évolutif.

 

Dans le message Le commandement de l’amour, nous soulignons la globalité de la vertu qui se déploie en de multiples pétales, comme une rose d’une beauté inégalée : « L’amour est né de Jésus, sous la forme du pardon, lorsqu’il exhortait Pierre : “Jusqu’à soixante-dix fois sept”. […] L’amour a brillé dans la guérison lorsque le Maître s’est exclamé : « Lève-toi et marche ». […] L’amour a pris la forme d’une consolation lorsqu’il a dit : « Je ne vous laisserai pas orphelins ». […] L’amour s’est exprimé sous forme d’humilité, lorsqu’il a lavé les pieds de ses disciples.

 

Combien de leçons à cultiver, en cherchant le contexte de ces lignes pour reproduire les histoires rapportées dans les Évangiles !

 

Les chemins du pardon soulignent la force de cette fleur libératrice, capable de faire revivre ceux qui la reçoivent et de revitaliser ceux qui l’offrent. Grâce au pardon, les âmes sont renouvelées pour vivre dans la légèreté de la joie, en marchant libérées des fardeaux de la douleur et du remords : « Le pardon des offenses, pour les erreurs du prochain et pour ses propres erreurs, a été placé par le Maître de Nazareth comme un principe essentiel pour l’établissement du Royaume de Dieu dans le cœur de l’homme. […] Apprendre le message du pardon et le vivre chaque jour est l’un des objectifs des disciples du Christ. […] Les chemins sombres, rocailleux, épineux deviendront des sentiers illuminés, flanqués de lits de joie éternelle, dans lesquels des ruisseaux cristallins murmurent des hymnes au Créateur, lorsque les âmes, rachetées de leur rancœur, seront illuminées par le soleil du pardon.

 

Dans le texte En tout, soyez reconnaissants, le Frère Infini reprend l’avertissement de Paul, grand divulgateur des enseignements de Jésus, mettant en évidence le bien que procure l’exercice de la gratitude, en affirmant : « En tout, soyez reconnaissants doit être une devise sûre pour les disciples du Maître, chaque matin, lorsque la lumière du soleil touche nos corps et illumine les chemins sombres, réchauffant les cœurs gelés par l’insécurité et les peurs qui nous atteignent, dans ce panorama dans lequel nous vivons des moments de peur et de désespoir […] Soyons reconnaissants pour tous les dons qui nous sont accordés, car, selon l’apôtre, tout contribue au bien de ceux qui aiment Dieu ».

 

Dans l’évangélisation des enfants et des jeunes, de nombreuses activités devraient être développées sur l’importance du travail, vertu qui élève l’esprit et forge le caractère.

 

Parmi les fleurs et les épines ratifie ces concepts : « Si aujourd’hui tu marches au bord de l’abîme de l’orgueil et de l’égoïsme, cherche à t’accrocher aux buissons rédempteurs du travail et de l’humilité qui te tendent les branches amicales. »

 

Il y a d’innombrables leçons de morale qui viennent à nous pour renouveler et fortifier nos cœurs, lorsque nous marchons pas à pas dans le jardin du Seigneur, cherchant à savourer le parfum et à profiter de la beauté des fleurs rares plantées sur notre planète par le doux Rabbi de Galilée.

 

Puissions-nous, en tant qu’administrateurs fidèles, multiplier nos talents pour en prendre soin, les sauvegarder dans toute leur pureté, afin qu’ils deviennent luxuriants dans les semences du Créateur.

 

 

Maria do Carmo Sepúlveda est professeure de langue portugaise, elle s’est consacrée à l’étude de la littérature, en mettant l’accent sur l’incitation à la formation des lecteurs. Conférencière spirite, elle cherche son inspiration dans l’Évangile de Jésus qui a toujours guidé sa vie.

 

Traduction : M.Christine Matos. 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.