Fabio Villarraga – Médecin spirite
Colombie

 

     La dépression est l’un des fléaux du présent millénaire pour l’humanité, générée ou déclenchée par diverses causes, mais souvent sans origine apparente dans l’existence actuelle. 

     L’Organisation mondiale de la santé rapporte que plus de 120 millions de personnes souffrent de dépression dans le monde, ce qui reflète l’ampleur de cette pathologie qui s’exprime certainement sur les deux plans de la vie.

     La Classification Internationale des Maladies CIM-11 décrit la dépression dans plusieurs de ses pathologies, comme la MB24.5 définie comme un « état affectif négatif caractérisé par une faible humeur, de la tristesse, du vide, du désespoir ou de l’abattement », mais elle classe également la dépression majeure, les états dépressifs récurrents et il existe donc plusieurs autres formes d’expression de cette pathologie humaine.

     Parmi les causes de la dépression, ou qui lui sont associées, on trouve : le comportement matérialiste, le sentiment de perte, le ressentiment, le sentiment de culpabilité souvent associé aux avortements provoqués dans cette existence ou dans une autre, la consommation de substances psychoactives, l’alcoolisme, les causes socio-économiques, les maladies organiques, etc. Il faut ajouter les causes d’origine spirituelle, comme les perturbations spirituelles qui magnétisent des états affectifs qui cherchent à déstabiliser la personne sur le plan émotionnel ; ou les états d’une âme dépressive qui, dans plusieurs vies, fait face au défi de cette maladie qui l’accompagne jusqu’à ce qu’elle parvienne à la surmonter et constitue un véritable apprentissage dans son évolution. C’est ce que « L’Évangile selon le spiritisme » d’Allan Kardec, dans son chapitre V, appelle « Causes antérieures des afflictions », car lorsque les causes des afflictions ne se trouvent pas dans l’existence présente, elles se trouvent certainement dans des vies antérieures, liées à des comportements ou des expériences erronées face à des événements intérieurs ou extérieurs, marquant des blessures émotionnelles, qui nécessitent un temps plus long pour une approche thérapeutique.

     Selon la théorie neurobiologique, la dépression serait associée à une diminution de la biodisponibilité des neurotransmetteurs tels que la noradrénaline, la sérotonine et la dopamine ; les antidépresseurs bien connus contribueraient donc à augmenter cette biodisponibilité, améliorant ainsi la symptomatologie. Mais d’après l’analyse spirite, ce que la science médicale peut considérer comme la cause neurobiologique de la dépression, nous le comprendrions en fait comme un effet, car le cerveau physique serait le responsable organique final des états émotionnels de l’âme, qui se traduit par un état vibratoire qui affecte le fonctionnement du cerveau périspirituel et qui, à son tour, affecte les régions thalamiques du cerveau physique, diminuant ainsi les niveaux de neurotransmetteurs, ce qui est détectable dans ce plan de vie.

 

     Le psychiatre spirite le Dr Alexander Moreira, dans le chapitre 20 du livre « Salud y Espiritualidad » affirme que « Le niveau d’implication religieuse est inversement associé au niveau des symptômes dépressifs », ce qui indique que cette immersion dans un comportement religieux, vécue positivement dans la vie, constitue un antidépresseur comportemental et de croyance, qui améliore les symptômes dépressifs.

 

     De même, le Dr Susan Andrews de l’université de Harvard, dans son livre « La Ciencia de Ser Feliz », nous apprend qu’être gentil et généreux réduit la dépression et favorise la santé en augmentant la confiance en soi. Et cette conception est en plein accord avec ce que nous enseignent les Esprits, lorsqu’ils affirment que « la bienveillance pour ses semblables, fruit de l’amour du prochain, produit l’affabilité et la douceur qui en sont la manifestation » (Chapitre IX. L’Évangile selon le Spiritisme). Et cette même bienveillance est liée à l’indulgence et au pardon, dans le concept qu’ils développent de la charité dans la réponse à la question 886 du Livre des Esprits. Ainsi, l’œuvre kardétienne, du milieu du XIXe siècle, nous présente ce traitement moral que la science, à travers les auteurs et les chercheurs contemporains, est en train de découvrir et qui a des implications dans des pathologies comme la dépression.

 

     Pour ceux qui souhaitent approfondir leur compréhension de la dimension transcendante et réincarnationnelle de cette pathologie dépressive, nous recommandons la lecture et l’étude du livre « Caídas y Ascensiones » de l’esprit de Victor Hugo et psychographié par Divaldo Pereira Franco. Il raconte la vie d’un torero incarné dans l’existence actuelle, qui vit ses expériences dépressives de plusieurs vies, associées à des comportements erronés d’hier, réussissant à s’élever de ses chutes morales, surmontant les états dépressifs à la lumière de la spiritualité, de la connaissance spirite, qui lui a ouvert un profond champ de réflexion et de compréhension, pour comprendre qu’il était un esprit immortel, susceptible d’être guéri par la transformation morale qu’il effectuait pour réorganiser sa vie, en apprenant à aimer Dieu et son prochain comme lui-même. C’est pourquoi la loi de l’amour, illustrée par le maître Jésus il y a plus de deux mille ans, est une panacée universelle pour l’acquisition de la véritable santé de l’âme.

 

Fabio Villarraga. Président de l’Association Spirite Senderos de la Esperanza et de l’Association médico-spirite de Colombie.

 

Bibliographie :

  1. Le livre des esprits. Allan Kardec
  2. L’Évangile selon le spiritisme. Allan Kardec
  3. La Ciencia de Ser Feliz. Dra Susan Andrews
  4. Caídas y Ascensiones. Victor Hugo/Divaldo Pereira franco

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.