Víces dans les réseaux sociaux : défis pour l’esprit en ces temps modernes.

 

Wellington Balbo
Brésil

 

      L’objectif fondamental du Spiritisme est de fournir les conditions pour que l’homme, dans son périple sur Terre, progresse sous deux aspects : le moral et l’intellectuel. Lorsque quelqu’un quitte ce monde par le phénomène connu sous le nom de mort biologique, s’il est parti mieux qu’il n’est arrivé ici, plus généreux, fraternel et sage, au cas où il serait spirite, on pourra dire, de manière générale, que la mission aura été accomplie avec un certain succès.

 

      Partant du principe que le but du spiritisme est de rendre l’homme meilleur, nous entrons dans un domaine où s’affrontent les vices et les vertus. Quelles sont les « vices » et les « vertus » ? Comment les concevoir dans le cadre de la philosophie spirite ? Y a-t-il une relation entre elles ? En d’autres termes, en éliminant les vices, j’acquiers des vertus ?

 

      La réponse à ces questions se trouve dans Le Livre des Esprits. Lorsque Kardec parle des vertus, en demandant aux Esprits laquelle est la plus méritoire d’entre elles, la réponse est intéressante : il y a vertu chaque fois qu’il y a lutte volontaire contre un mauvais penchant. La lutte volontaire, c’est-à-dire sans arrière-pensée, est ce qui caractérise le chemin à parcourir pour implanter les vertus dans notre monde intérieur. Rien de forcé, d’imposé, mais volontaire. Par conséquent, je peux même ne pas pratiquer le mal, cependant, pas parce que je lutte volontairement pour ne pas le pratiquer, mais parce que l’occasion ne s’est pas présentée. Voici qu’il n’y a pas de vertu dans une telle situation, puisque s’il y a une possibilité, je commets l’infraction.

 

    Dans le même ordre d’idées, et en allant un peu plus loin, Kardec demande lequel des vices est le plus compliqué ? Les Esprits ne s’interrogent pas sur la forme, mais sur le fond. La caractérisation du vice est l’intérêt personnel, c’est-à-dire l’égoïsme qui peut être plus ou moins accentué chez l’individu. Par conséquent, la relation entre les vertus et les vices est inversement proportionnelle : à mesure que l’Esprit avance dans la lutte pour surmonter ses imperfections, il diminue la puissance que le vice représente dans son univers intime.

 

    Ces idées des Esprits et de Kardec ont été élaborées au XIXe siècle, un monde complètement différent du nôtre. Cependant, il convient de souligner que, malgré les modifications du monde qui se sont produites dans cet espace de temps historique, l’essentiel pour que l’homme progresse est le même : développer les vertus équivaut à éliminer les vices.

 

    Et nous sommes arrivés aujourd’hui, au XXIe siècle, à l’ère du numérique, tout le monde étant branché, connecté les uns aux autres, les relations s’établissant sur simple pression d’un clavier ou d’un téléphone portable. Comment situer les enjeux des addictions dans ce monde moderne ?

 

    Moi, par exemple, je suis né en 1975, et j’ai suivi de près cette migration du monde avant et après la numérisation. Lorsque je vis pour la première fois un jeu vidéo, le déjà dépassé Atari, je fus enchanté. Comment pouvait-on, avec une commande, déplacer les éléments qui apparaissaient à la télévision ? Cela me fascinait. J’ai passé des heures et des heures à jouer, j’ai emmené le jeu vidéo partout, dans les coins et recoins où j’allais avec mes parents. Il n’y avait plus de jeux, plus de matchs de foot, plus de jeux de tag, plus de billes, plus de jeux de cette époque. Je n’avais que 7 ans, mais j’étais complètement accro. Je ne faisais rien sans la présence du jeu vidéo. Quelles ont été les conséquences ? Perte d’amis, mauvaises notes, prise de poids, sentiment de vide sans la présence du jeu. 

 

       Mes parents, voyant la situation, ont agi très rapidement. Deux points ont été cruciaux pour moi afin de surmonter la dépendance : l’aide psychologique et la discipline à la maison, le respect des horaires et une attitude plus équilibrée en matière de jeu. En bref : créer de bonnes habitudes, exactement ce que suggère Kardec lorsqu’il aborde le thème de l’éducation.

 

      Dans les années 1990, par exemple, nous sommes arrivés aux téléphones portables et à Internet. Avancez encore de quelques années et nous découvrons Orkut, Facebook, Twitter, Instagram, Tik Tok, Youtube, des réseaux sociaux de toutes sortes, pour tous les goûts, qui connectent les gens, apportent des nouvelles, propagent le progrès. Combien d’unions heureuses ont été consommées après l’avènement des réseaux sociaux ? Plusieurs. Le contraire est également vrai.

 

     La nouveauté conquiert les gens et les met dans une position très agréable au début, pour ensuite avancer avec la contrainte et le frein, car, tout ce qui n’est pas bien dosé, travaillé, réfléchi, cède la place au vice qui apporte dans son essence l’intérêt personnel. Exactement comme les Esprits l’ont dit : l’intérêt personnel me fait consacrer du temps uniquement à mon plaisir d’être dans un réseau social et oublier tous les autres éléments de la société : famille, amis, collègues et même le travail lui-même. 

 

   À propos, je vais lancer une question à laquelle nous devons tous réfléchir :

Avons-nous l’habitude de programmer le temps que nous passons sur les réseaux sociaux ?

Accédons-nous aux réseaux sociaux lorsque, par exemple, nous nous réveillons pour aller aux toilettes au milieu de la nuit ?

 

Une question pour les parents :

Votre enfant accède-t-il aux réseaux sociaux et autres appareils électroniques pendant qu’il déjeune ? J’ai entendu de nombreux parents dire qu’ils laissaient leurs enfants accéder aux réseaux sociaux pendant qu’ils prenaient leurs repas, afin que l’enfant soit un peu plus tranquille et qu’il puisse aussi rester sur ses réseaux sociaux pendant qu’il déjeune.

 

    Que retenons-nous de ce discours ?

Les dépendances sont générées par l’intérêt personnel.

 

Quelles sont les conséquences pour les enfants ?

Des enfants dépendants, sans vie au-delà des réseaux sociaux, anxieux et ayant de grandes difficultés à accepter les règles d’une “vraie” vie, car ils ont été élevés dans un environnement trop souple.

 

Et pour les adultes, quelles en sont les conséquences ?

Les mêmes que pour les enfants, mais sous une forme plus accentuée en raison des conditions de la vie adulte.

 

    Il existe toutefois une autre caractéristique qui n’est pas souvent mentionnée lorsqu’il est question de dépendance aux réseaux sociaux et qui nuit considérablement à la qualité de vie des enfants, des jeunes, des adultes et des personnes âgées. Un élément appelé comparaison. Exactement, mes amis, la dépendance aux réseaux sociaux me permet d’avoir accès à des extraits de la vie d’autres personnes, des amis aux artistes célèbres. Cet accès aux extraits des vies merveilleuses qui sont publiés sur les réseaux sociaux me pousse à l’utiliser de plus en plus.

 

     D’abord, je m’extasie et je veux la vie de l’autre pour moi. Après le premier impact, je vois qu’il est agréable de regarder la vie des autres, puis je suis accro à l’existence de l’autre et détaché de la mienne. C’est alors que commence l’élément de comparaison. Je commence à considérer que ma vie est terne, dépourvue d’objectifs plus nobles et je me sens découragé. Ce découragement entre dans mon existence de telle manière que rien d’autre ne semble avoir de sens. Je pense : je suis déshérité par le destin, abandonné par Dieu. Dieu ? Existe-t-il vraiment ? Il n’est pas rare qu’à partir d’une addiction aux réseaux sociaux se déclenchent de nombreuses autres addictions : regarder la vie des autres, se plaindre de sa propre condition, laisser l’envie envahir son intérieur de toutes ses forces… la liste est immense. J’ai demandé à vos amis la permission de partager un sondage que nous avons réalisé il y a deux ans :

 

     Nous avons interrogé 40 personnes, dont 33 femmes et 7 hommes, ce qui représente en pourcentage 82,5% de femmes et 17,5% d’hommes.

 

Nous ne travaillons qu’avec des pourcentages. Pour faciliter l’analyse, nous avons divisé les réponses en 5 groupes, comme suit :

  • Groupe 1 – 32,5% ont répondu que lorsqu’ils voient des photos de personnes heureuses sur les réseaux sociaux, ils deviennent plus tristes, car ils les comparent à leur vie et en concluent qu’ils ont une existence très décourageante.

 

  • Groupe 2 – 22,5% ont répondu qu’ils ne sont pas tristes car ils savent que le bonheur des gens est irréel.

 

  • Groupe 3 – Toujours dans ce même pourcentage, c’est-à-dire 22,5% ont répondu qu’ils sont indifférents, et donc n’ont pas mis dans leurs réponses la question qui concerne être un bonheur irréel celui des réseaux.

 

  • Groupe 4 – Un total de 17,5% des enquêtés ont indiqué qu’ils sont heureux de voir le bonheur des autres, sans pour autant souligner que le bonheur est irréel.

 

  • Groupe 5 – Et 5% ont fourni d’autres réponses.

 

    Analyse des réponses :

  • Groupe 1  – Ce groupe montre une influence très négative des réseaux sociaux sur le moral des gens. Dans ce groupe, les réponses mettent en évidence un élément extrêmement néfaste pour l’humeur existentielle. Voici la comparaison : les membres de ce groupe fréquentent les réseaux sociaux, observent les bons moments des autres et font des comparaisons avec leur propre vie. Toute comparaison est en soi injuste, car on observe les choses à partir de points de vue complètement différents, de sorte que toute confrontation entre les réalités comparées sera toujours inégale et produira une idée complètement fausse de ce qui se passe, semant la tristesse et le désespoir.

 

  • Groupe 2 – Les réponses fournies par ce groupe furent assez curieuses. 22,5% des personnes qui ont répondu à la question proposée ont déclaré qu’ils ne sont pas dérangés par les photos de personnes heureuses sur les réseaux sociaux car ils savent que ces photos et les moments vécus et postés sur les réseaux sont irréels, faux et ainsi de suite. Les réponses fournies ouvrent le champ à quelques questions :

 

Si le bonheur des autres, selon la conception de ces personnes, était réel, cela ébranlerait-il leur esprit et leur apporterait de la tristesse ?

 

Se trouver soi-même, savoir ce que l’on ressent et pourquoi on le ressent, semble une bonne option pour améliorer la qualité de vie. Mais pour se trouver, il est nécessaire de se confronter à soi-même dans une véritable recherche pour découvrir à quel stade de l’existence on se trouve.

 

  • Groupe 3 – Le groupe 3 avait curieusement le même pourcentage que le groupe 2, c’est-à-dire 22,5 %. Ce groupe a répondu qu’il est indifférent au bonheur des autres imprimé sur les réseaux sociaux, ce qui me semble être, en effet, une indication que la réponse fournie était sincère.

 

  • Groupe 4 – Ce groupe avait déjà déclaré qu’il se réjouissait du bonheur des personnes qui affichent leurs victoires et leurs moments agréables sur les réseaux sociaux. Au total, 17,5 % des personnes ont fait cette déclaration.

 

  • Groupe 5 – Seulement 5% des personnes ont donné un autre type de réponse, dont certaines n’ont aucun lien entre elles, ce qui rend l’analyse impossible. 

 

Conclusion :

Avec la suggestion de Kardec par rapport à l’éducation, qui est l’art de créer de bonnes habitudes, on peut, de manière calme et disciplinée, utiliser tous les avantages que nous apportent les réseaux sociaux. C’est d’ailleurs un défi pour l’Esprit qui peut chercher les réseaux sociaux comme leviers de progrès en s’éduquant à utiliser correctement tous les médias qui sont à sa disposition en ces temps modernes. Il y aura d’autres nouvelles à venir :

 

Préparons-nous notre Esprit à bien utiliser ces nouveautés, sans tomber dans les addictions et les excès ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

En utilisant ce site web, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Nous utilisons des cookies pour vous offrir une excellente expérience et pour aider notre site web à fonctionner efficacement, nous ne diffusons pas de publicités. Nous nous engageons à protéger vos données conformément aux exigences du GDPR.