Guilherme Fraenkel
Rio de Janeiro, Brésil

Penser à l’évasion des jeunes des centres spirites, qui est une requête qui existe depuis un certain temps dans nos activités d’évangélisation (éducation spirite), nous amène à penser aux attentes que nous construisons sur nos proches qui, avec grande joie, ont été conduits aux « cours d’évangélisation » depuis qu’ils étaient petits. Il s’agit peut-être de réfléchir au rôle que le spiritisme et la maison spirite jouent dans nos vies aux différentes étapes de nos possibilités d’incarnation et au-delà.

Depuis que j’ai commencé à m’occuper de l’éducation spirite des enfants et des jeunes à la fin du siècle dernier, vers 1998, et plus intensément après avoir fait partie de mouvements de réflexion sur la façon de faire de l’éducation spirite dans le mouvement spirite, j’entends de vives préoccupations concernant les taux élevés d’abandon par les jeunes.

En tant que coordinateur d’un pôle d’éducation spirite des enfants et des jeunes à Rio de Janeiro, je me suis penché sur cette question avec beaucoup d’intensité et d’attention dans le but de construire une vision systémique qui puisse être utile pour la maturation de nos activités de soutien à la diffusion de la philosophie, mais surtout de soutien aux esprits incarnés et désincarnés qui cheminent avec nous pendant plusieurs années au cours de cette période très importante de la vie où nous construisons des connaissances et établissons des habitudes de manière très significative pour tout le processus d’incarnation en cours.

D’après mon expérience, l’évasion des jeunes est perçue de manière officieuse dans plusieurs centres spirites des régions de Rio de Janeiro et des villes adjacentes comme quelque chose d’important. Certains centres parviennent à obtenir des indices inférieurs mais toujours importants quand on compare la quantité d’enfants dans les cycles finaux d’éducation spirite des enfants et la quantité d’adolescents et de jeunes qui continuent à fréquenter régulièrement les activités proposées.

Dans nos observations nous avons remarqué qu’à côté de la grande évasion il y a deux aspects importants qui peuvent nous aider à penser l’intégration des jeunes au mouvement spirite et qui ne doivent pas échapper à notre attention.

Tout d’abord nous avons remarqué que le mouvement d’entrée dans la maison spirite à travers les noyaux d’éducation spirite tournés vers les jeunes est faible par rapport à l’entrée dans l’enfance et l’âge adulte.

 

Un deuxième phénomène qui nous semble intéressant est le grand intérêt de cette tranche d’âge pour les initiatives numériques à travers les réseaux sociaux et les profils qui débattent des questions à la lumière de la philosophie spirite en utilisant des structures de dialogue et de production de connaissances tout à fait caractéristiques et distinctes des moyens habituels pratiqués dans les maisons spirites.

Lorsque j’observe ces trois phénomènes, l’évasion élevée, les faibles entrées et la grande adhésion aux canaux numériques qui parlent du spiritisme avec un langage dynamique et avec moins de couches de contrôle formel, je remarque des relations qui m’invitent à réfléchir non seulement aux causes de l’évasion, mais effectivement aux raisons qui conduisent les jeunes vers les noyaux spirites.

Malheureusement nous n’avons pas encore pu aborder des efforts systématiques de collecte de données sur ces mouvements d’arrivée et de départ des jeunes dans les centres spirites et le manque d’une recherche dirigée sur le sujet nous amène à réfléchir sur le thème de l’évasion des jeunes des centres spirites d’une manière superficielle, dirigée par nos impressions individuelles et nos perceptions isolées de chaque centre spirite sans pouvoir appliquer beaucoup de science pour mieux comprendre le phénomène.

 

Face à tant de difficultés pour penser l’évasion des jeunes à la lumière de la science, j’ai senti le besoin de réfléchir à la relation que l’on construit avec les personnes qui fréquentent la maison spirite, un regard que signale aussi l’écrivain Álvaro Chrispino dans le livre Famille, jeunesse et éducation quand il nous montre que l’espace relationnel est très important pour une partie significative des jeunes qui fréquentent les maisons spirites.

 

Mais comprenons-nous les attentes de celui qui décide de marcher avec nous dans ce voyage de surpassement, de connaissance de soi et de perfectionnement à travers le spiritisme ? 

Que pouvons-nous offrir aux esprits incarnés et désincarnés qui recherchent le centre spirite ? Que veulent-ils ? Que recherchent-ils ?

 

Quelles offres pouvons-nous faire aux bébés, aux parents, oncles et grands-parents de nos éducateurs, aux enfants en âge d’aller à l’école maternelle et aux enfants dans leurs premières expériences plus conscientes dans les étapes des écoles primaires lorsqu’ils seront lettrés ?

Quelles contributions pouvons-nous offrir à l’esprit immortel qui commence à ressentir l’intensité de la vie à travers ses plongées scolaires de découverte du monde en primaire et en secondaire ?

Quels outils offrons-nous aux esprits incarnés dans leurs premières années de vie adulte, lorsqu’ils se consacrent à la construction de leurs propres cellules familiales et doivent entrer sur le marché du travail ?

Je pense que dans chaque phase de la vie le sujet apporte des questions prioritaires qui attirent naturellement son regard, le poussant à choisir les voies de solution de ces questions au détriment des autres.

Lorsque nous avons établi le concept de laboratoire des pratiques évangéliques dans notre noyau d’éducation spirite avec l’idée de mettre les relations humaines, leurs conquêtes et leurs conflits au centre de notre diffusion de la philosophie, nous avons commencé à nous rendre compte que nous avions beaucoup de difficultés à écouter et à percevoir les attentes des enfants, des jeunes et de leurs familles. Par conséquent, notre offre était pauvre et souvent sans lien avec l’individu, la famille et la société.

 

Aujourd’hui, je pense que cette difficulté à être à l’écoute des personnes présentes peut être un facteur important dans l’établissement de liens relationnels faibles qui contribuent d’une certaine manière aux taux plus élevés d’abandon chez les jeunes.

C’est précisément dans la jeunesse que l’individu acquiert davantage de liberté d’aller et venir et de pouvoir de décision. C’est également à ce stade qu’il commence à se libérer des relations qui, selon lui, ne contribuent pas ou n’entrent pas en conflit avec son bien-être de manière objective. Ce n’est peut-être pas un hasard si, dans cette phase, on constate des taux d’abandon plus élevés.

Je ne suis pas sûr que le départ d’un jeune de la maison spirite soit une cause d’alarme ou de célébration. Peut-être que le jeune a acquis toutes les connaissances qu’il jugeait utiles et qu’il ne fait que poursuivre sa route en reconnaissant la nécessité d’autres expériences.

Peut-être que l’avenir de la maison spirite, contrairement à ce que beaucoup disent, n’est pas la jeunesse spirite, mais plutôt les esprits incarnés qui reconnaissent dans la philosophie spirite une offre valable et importante d’outils relationnels rationnels pour la résolution de leurs conflits intimes et pour soutenir leur croissance spirituelle.

A partir de mon expérience personnelle, je me demande souvent si, en tant qu’éducateurs et responsables de centres spirites, nous sommes prêts à offrir des espaces de relation avec les jeunes à travers lesquels ils peuvent percevoir la possibilité de mettre en pratique tout ce qu’ils ont appris dans l’enfance.

Sommes-nous en mesure d’offrir un laboratoire où les technologies de la vie et les nouvelles connaissances peuvent être générées et appliquées de manière dynamique pour répondre à la capacité active et entreprenante des jeunes ?

 

Aujourd’hui, plus de vingt ans après mes premiers contacts avec l’éducation à travers l’Évangile, je pense que nous ne pouvons pas traiter l’évasion des jeunes de ces activités de manière isolée. Nous devons intégrer plus profondément les secteurs des maisons spirites et même les maisons spirites elles-mêmes dans le mouvement spirite.

Nous devons dialoguer davantage avec la société et les tendances qu’elle suit afin que notre offre se rapproche des attentes du public et puisse offrir le spiritisme dans tout son potentiel en tant qu’outil de décision et d’orientation des processus de maturation du sujet.

Guilherme Fraenkel, de Rio de Janeiro, 1976, analyste de systèmes, constellateur familial et psychothérapeute de formation, est conférencier spirite et coordinateur du noyau d’évangélisation des enfants et des jeunes à la Casa Espírita Cristã Maria de Nazaré, Rio de Janeiro/RJ.

 

Bibliographie :

– O Progresso – Léon Denis – editora CELD (PT)

– O Grande Enigma – Léon Denis – editora FEB (PT/EN/FR/ES)

– Bem-aventurados os pobres de espírito – Evangelho Segundo o espiritismo – capítulo VII – Allan Kardec – editora FEB (PT/EN/FR/ES)

– Conviver para amar e servir – Sonia Regina Hierro Parolin e Reinaldo Nobre Ponte- editora FEB (PT)

– Modernidade Líquida – Zygmunt Bauman – editora‎ Zahar (PT/EN/FR/ES)

-Você Quer o que Deseja? – Jorge Forbes – editora Manole (PT)

– A metacognição como estratégia reguladora da aprendizagem – Graciela Inchausti de Jou e Tania Mara Sperb (PT/EN)
https://www.scielo.br/j/prc/a/sSCMC3HhLZ5vV3pSKM9ycqc/?lang=pt

– Learnability: uma habilidade para a vida – Patricia Dalpra (PT/EN)
https://ofuturodascoisas.com/learnability-uma-habilidade-para-a-vida/

– Esclarecimento, educação e autonomia em Kant – Paulo César Nodari e Fernando Saugo
http://www.ucs.br/etc/revistas/index.php/conjectura/article/view/892 (PT)

– Mundo BANI: Conheça o conceito e esteja preparo para ele (PT)
https://menvie.com.br/mundo-bani/

– Facing the Age of Chaos – Jamais Cascio (EN)
https://medium.com/@cascio/facing-the-age-of-chaos-b00687b1f51d

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.