La famille consanguine est le champ de lumière de l’âme, dans lequel triomphent seulement ceux qui s’arment de patience, de renoncement et de bonne volonté.

De temps en temps, l’amour nous rassemble, au milieu du champ de la vie, en régénérant le germe du destin.

Généralement, les compagnons dignes et victorieux qui sont déjà passés dans les sphères supérieures ne viennent pas se joindre à nous mais des relations moins estimables d’autres époques, afin de restaurer le tissu de la fraternité, indispensable à la chaleur de notre âme, dans le voyage vers les sommets de la vie.

Souvent, en tant que parents et enfants, conjoints ou parents, nous ne sommes que des débiteurs d’anciens engagements.

Si vous êtes parent, n’abandonnez pas vos enfants aux processus évolutifs de la nature animale, comme s’ils étaient moins dignes d’attention que le jardin potager de votre maison.

L’enfant est une « parcelle de terre spirituelle » qui lui rendra ce qu’il apprend, invariablement, en accord avec la semence qu’il aura reçue.

Si vous êtes un enfant, ne méprisez pas vos parents, en les reléguant dans l’oubli et en sous-estimant leur cœur, comme s’ils étaient en désaccord avec vos idéaux d’élévation et de noblesse, car, un jour, vous aurez également besoin de la compréhension des autres afin de perfectionner votre individualité dans la région qui est actuellement moins raffinée et moins soignée.

L’individu dans l’existence fortuite est le miroir de votre propre avenir sur Terre.

Apprenez à utiliser la bonté à doses intensives, en l’adaptant à votre compréhension et à votre vigilance, afin que votre expérience dans la famille ne disparaisse pas avec le temps, sans que le chemin à parcourir en soit facilité.

Celui qui ne vient pas en aide à un petit nombre ne peut pas aider une multitude. 

Celui qui ne tolère pas les petits désagréments domestiques en se sacrifiant avec spontanéité et joie au profit de son compagnon dans la tâche ou dans le foyer, ne pourra pas se dresser comme sauveur de son prochain dans des situations qu’il ne connaît pas lui-même.

Cultivez un travail constant, un silence opportun, une générosité saine et vous gagnerez le respect des autres sans lequel personne ne peut quitter le monde en étant en paix avec lui-même.

Si vous ne pratiquez pas la communion avec Jésus dans votre groupe familial ou dans vos efforts isolés, ne tardez pas à chercher dans votre entourage son inspiration et ses lignes directrices.

Ne gaspillez pas les heures précieuses dans des plaintes non rentables ou destructrices.

Essayez de comprendre et d’aider tout le monde à la maison, afin que tout le monde vous comprenne et vous aide autant que possible dans votre lutte quotidienne.

La maison est le port d’où l’âme se retire au large du monde, et celui qui ne porte pas dans son cœur le poids de l’expérience n’échappera guère à un naufrage partiel ou total.

Chercher la paix avec les autres en solitaire. N’oubliez pas que chaque jour est un jour qui commence.

 

Emmanuel

Family – Chapter I, In Family, dicté par Espirito Emmanuel, psychographié par Francisco Candido Xavier

 

Traduction: Cristina Matos Quiroz

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.