Lucia Moyses
Revista Espirita
Número 23 – abril 2020
Federación Espirita Española


Face aux progrès scientifiques et technologiques qui nous surprennent tous les jours, nous pensons que c’est la loi du progrès qui se matérialise devant nos yeux. Mais ces changements intenses représentent également d’importants défis pour ceux qui les vivent dans les domaines les plus divers de la connaissance humaine et des relations sociales. 

De tous temps, les adultes ont dû guider les nouvelles générations en prenant pour référence leur propre éducation. Cependant, en ces temps modernes, les parents ne trouvent plus de références sûres pour bien orienter leurs enfants. Aussi bien l’accès à l’information que les modèles de vie si différents de ceux qu’ils ont eux-mêmes vécu, augmentent leur incertitude quant à l’orientation qu’ils doivent leur donner. 

Le spiritisme nous apprend que les parents ont pour mission de contribuer au développement intellectuel et moral de l’enfant afin de le faire progresser et lui permettre de se rapprocher de Dieu. Mais les circonstances difficiles que nous vivons aujourd’hui nous empêchent de mener à bien cette mission. Cette situation est problématique car l’adolescence est en soi une période de la vie qui comporte des caractéristiques typiques qui représentent de véritables défis.

Une vision sur l’adolescent

La période de l’adolescence est marquée par de profonds changements dans le cerveau, dans les relations sociales, et, comme le signale Allan Kardec, dans l’esprit. La question 385 du Livre des Esprits indique qu’entre 15 ans et 20 ans, l’esprit change parce qu’il retrouve sa vraie nature et se montre tel qu’il était. « leur caractère réel et individuel reparaît dans toute sa nudité : il reste bon s’il était fondamentalement bon ; mais il s’irise toujours de nuances qui étaient cachées par la première enfance. »

Il est intéressant de remarquer que la neuroscience a établi que dans la période qui va de la fin de l’enfance jusqu’à l’âge adulte, le cerveau expérimente de profondes transformations qui se traduisent par des changements dans le comportement. Par exemple, l’ennui et le manque d’intérêt dans la routine de tous les jours, ainsi que la recherche du plaisir sont des manifestations de ces altérations. Cela est dû au fait que, pendant cette période, à des degrés divers, le cerveau de l’adolescent perd d’un tiers à la moitié des récepteurs de dopamine (le neurotransmetteur du plaisir). Cette perte peut entrainer des comportements qui recherchent des émotions fortes ou des nouveautés.

Internet avec ses réseaux sociaux et les systèmes de messagerie instantanée sont devenus pour les jeunes un espace privilégié pour satisfaire ces besoins. En ce sens, il est important de souligner que des études récentes réalisées avec des adolescents espagnols indiquent une perception de points positifs et négatifs dans leur utilisation. Les garçons aiment les réseaux sociaux parce qu’ils permettent de voir, d’être vus et surtout, d’être approuvés dans leurs discours, leurs photos et leurs arguments. D’autre part, ils offrent des formes intéressantes d’occuper leur temps libre (musique, vidéos, chats, etc). Ces espaces leur permettent également de sortir de leur environnement et de construire leur propre identité aux côtés de leurs semblables.

Toutefois, les réseaux peuvent aussi causer de graves dommages dans l’amour-propre des personnes et en particulier chez les plus jeunes, surtout lorsque les autres ignorent le contenu de ce qu’ils exposent ou qu’ils envoient des messages de rejet, de mépris, d’insultes et d’offenses. La fragilité de l’amour-propre à un moment où l’adolescent recherche l’approbation et le sentiment d’appartenance peut causer des préjudices à son bien-être psychologique, ce qui peut finalement conduire vers la dépression. 

C’est dans ce domaine-là aussi que nous allons trouver d’autres difficultés chez les jeunes telles que la pression pour déterminer une identité alors que la leur n’est pas encore formée, ce qui les pousse à mentir fréquemment sur eux-mêmes afin d’avoir du succès face aux autres. L’ostentation et le culte de leur propre image qui apparait dans les réseaux est parfois très éloignée de la réalité dans laquelle ils vivent. Dans ces cas-là, on voit clairement que la valorisation de l’avoir est bien supérieure à celle de l’être.

Il faut rappeler qu’internet, malgré les innombrables bénéfices qu’il a apportés à la vie moderne, a également favorisé la tyrannie de la vitesse et de l’immédiat, ainsi que la difficulté de concentration et de réflexion. On a beaucoup d’information mais en général elle est superficielle. Chez les adolescents, ces difficultés ont un impact direct sur leurs études, surtout ils n’ont pas d’intérêt ou de but.

Quant aux jeux électroniques, les vidéos, les séries préférées par les adolescents et autres attractions offertes sur les écrans, les parents doivent faire attention et en surveiller le contenu et les messages qu’ils transmettent, car selon les thèmes, ils peuvent attirer des vibrations spirituelles négatives pour les personnes qui vivent dans ce foyer.

Quant aux autres conséquences des changements qui se produisent dans le cerveau, c’est-à-dire la recherche d’émotions fortes qui offrent une satisfaction immédiate, il faut savoir et être conscient du fait qu’elles peuvent comporter des abus avec des conséquences graves comme celles de l’alcool ou des drogues les plus fortes. Pour beaucoup de jeunes, la consommation d’alcool et de drogues est devenue monnaie courante les weekends car cela les aide à se sociabiliser et à connaitre d’autres jeunes.

Un autre défi pour les parents c’est la perception libérée, désinhibée qu’ont les adolescents de la sexualité. Beaucoup d’entre eux voient la sexualité comme un simple jeu et ne tiennent pas compte des maladies de transmission sexuelle auxquelles ils s’exposent sans parler des grossesses et autres problèmes qui peuvent en dériver.

L’adolescent, un esprit en formation

N’oublions pas que l’adolescent est un esprit en formation et qu’il a besoin d’aide pour surmonter les stimulations externes qui entravent sa croissance. Il est important de lui faire comprendre le sens de la vie et qu’il se rende compte qu’avant de revenir sur la Terre, il s’était engagé à mener à terme une planification conçue pour son évolution spirituelle.

Dans les foyers ayant une orientation spirite, la tâche qui consiste à aider les adolescents à passer de façon sûre de l’enfance à l’âge adulte peut être plus facile. Avoir la certitude que les enfants sont des esprits qui suivent un parcours vers leur perfectionnement moral, qu’ils amènent avec eux les tendances, les sentiments, les expériences bonnes et mauvaises récoltées au cours de leurs vies antérieures, permet aux parents non seulement de comprendre leurs difficultés, mais aussi d’ouvrir une porte vers le dialogue dans un climat de confiance et d’amour afin qu’ils puissent exposer leurs problèmes.

Le rôle des parents

Le rôle des parents est d’enseigner des valeurs, des normes morales et sociales à leurs enfants. Pour ceux qui ont choisi la voie du spiritisme et souhaitent voir leurs enfants suivre le même chemin, cette tâche est particulièrement importante, étant donné qu’il y a beaucoup de paradoxes dans la vie des jeunes spirites qui exigent des affrontements, Par exemple, le besoin de renoncer à tout ce qui est inutilisable, avec les vérités intemporelles de l’Évangile et de la Philosophie Spirite ; face à une connaissance superficielle, le fait de s’efforcer pour approfondir les études spirites d’une manière réfléchie afin d’essayer de se comprendre soi-même un peu plus pour devenir une meilleure personne. Il est souvent nécessaire de renoncer à l’hédonisme en faveur des autres à travers des actions de charité et essayer de privilégier l’« être » sur l’ « avoir », miser davantage sur le perfectionnement personnel que sur l’acquisition de biens matériels.

Le jeune doit aussi céder à l’immédiateté, aux formules élaborées pour comprendre que la conquête de soi se fait uniquement de manière progressive, avec dédication et de la bonne volonté.

Bon nombre de parents ne se rendent pas compte de leur rôle de soutien pour aider leurs enfants à mûrir intellectuellement et émotionnellement d’une façon équilibrée. Parfois même, ils ont besoin d’aide car ils ignorent comment agir face aux nouvelles circonstances du monde moderne et laissent de côté leurs fonctions de transmetteurs de valeurs. Dans ces cas-là, l’Assistance Fraternelle offerte dans les centres spirites pourrait assumer ce rôle.

Nous savons que la mission n’est pas toujours facile, mais pour reprendre les paroles de Saint Augustin dans l’Évangile selon le Spiritisme, nous dirons à tous les parents qui s’occupent du perfectionnement spirituel de leurs enfants, que Dieu les récompensera abondamment.

Traduit par Cristina Matos

Bibliographie:

BALLESTEROS GUERRA, JUAN CARLOS; PICAZO SÁNCHEZ, LAURA.  Las TIC y su influencia en la socialización de adolescentes. Madrid: Centro Reina Sofía sobre Adolescencia y Juventud, 2018.
HERCULANO-HOUZEL, SUZANA. O cérebro em transformação.  Rio de Janeiro: Objetiva, 2007.
KARDEC, ALLAN. Le Livre des Esprits. Traduction de Gustavo N. Martínez & Marta Haydee Gazaniga.  Brasília: CEI, 2010.
KARDEC, ALLAN. El Evangelio según el espiritismo. Traducción de Gustavo N. Martínez & Marta Haydee Gazaniga.  Brasilia: CEI, 2010. 

Leave a Reply

Your email address will not be published.