BENEDITA FERNANDES (1883 – 1947)

 

Connue sous le nom de “Dame de la Charité”, Benedita Fernandes a consacré une grande partie de sa vie à soigner et à aimer son prochain. Née le 27 juin 1883, Benedita a souffert d’une grave obsession et a même perdu le contact avec sa famille, errant dans les rues. Un jour, elle a été arrêtée dans un commissariat de police pour avoir dérangé des habitants du quartier, car il n’y avait pas d’hôpital psychiatrique à l’époque.

 

Une fois en prison, elle a eu une crise très forte et a entendu une voix qui lui disait : “Benedita, si tu promets de te consacrer entièrement aux malades et aux pauvres, tu sortiras d’ici guérie”. À partir de ce moment-là, Benedita s’est améliorée et a décidé de s’installer dans la ville de Araçatuba, dans la province de São Paulo, où elle a consacré sa vie au travail social. 

Tout d’abord, elle a commencé à recueillir et à s’occuper d’enfants démunis dans une modeste maison – qui a ensuite été rebaptisée Foyer Benedita Fernandes de Araçatuba. 

Un jour, alors que les enfants n’avaient rien à manger, Benedita leur expliqua que s’ils allaient à la porte, Jésus les aiderait. Ils restèrent à l’entrée de la maison, l’estomac noué. Un homme appelé Ricieri qui était de passage, vendait de la viande de bœuf, des rognons, du foie, des tripes, etc. Ricieri leur demande alors ce qu’ils font là. “Nous attendons que Jésus nous nourrisse”, répondent les enfants. Il leur répliqua alors : “Dites à votre mère à l’intérieur que Jésus est arrivé ! Et depuis ce jour, plus personne n’a eu faim.

Quelque temps plus tard, elle a également commencé à aider les personnes souffrant de troubles mentaux. Lorsqu’ils étaient en crise, les déments venaient la voir, mais cette femme à la poitrine généreuse et au sourire plein d’espoir s’asseyait sur une chaise à proximité, les blottissait sur ses genoux, leur mettait la tête sur les genoux, les calmait avec des prières, des passes et de bonnes paroles, et la crise s’éloignait, et ils devenaient calmes, apaisés par la force irrésistible de l’amour.

Femme simple et inculte, elle fut reconnue pour son dévouement aux autres et devint une référence pour la ville d’Araçatuba et le mouvement spirite brésilien. Outre la maison des enfants et l’asile du Dr Jaime de Oliveira, Benedita a également fondé l’asile de nuit et les écoles mixtes. Grâce à sa bonne volonté et à son dévouement, elle a gagné le respect et l’admiration de la population et des autorités.

 

Il convient d’ajouter que l’esprit qui l’obsédait auparavant est devenu l’un de ses collaborateurs spirituels. Pionnière du mouvement spirite, Benedita fonde l’Union spirite régionale du Nord-Ouest le 30 août 1940 et en est élue présidente.

 

Le 8 octobre 1947, à 23 heures, alors qu’elle parlait aux enfants et leur donnait des conseils, elle se sentit malade et mourut sereinement le 9 octobre 1947, à l’âge de 64 ans. Ses funérailles furent les plus suivies de l’époque et, aujourd’hui encore, sa tombe est l’une des plus visitées de la ville d’Araçatuba. 

 

Auteure : Keila Campos

Madrid, Espagne

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *