Dieu nous offre des cadeaux tous les jours. Qu’en faisons-nous ? Dans cette pièce, basée sur la parabole du fils prodigue, nous apprendrons à apprécier les vrais cadeaux que nous recevons.

caixas de presente



LES CADEAUX DU FILS PRODIGUE – Auteur : Bernadete F. Leal

Inspiré de la parabole du fils prodigue




PERSONNAGES

 

  • VOIX (DIEU)
  • RICARDO
  • LIVREUR
  • MÈRE DE RICARDO
  • PÈRE DE RICARDO
  • ANTONIO – FRÈRE DE RICARDO
  • NARRATEUR
  • PERSONNE 1
  • PERSONNE 2
  • PERSONNE 3
  • ENFANT(S) – APPORTANT LES CADEAUX À LA FIN DE LA PIÈCE

 

SCÈNE 1

 

Un jeune garçon est assis dans le salon en train de lire un livre quand il entend une voix.

 

VOIX :  Ricardo !!!

 

RICARDO : Qui est là ?

 

VOIX : Ricardo, je suis Dieu, ton père, le créateur. J’ai plusieurs noms.

 

RICARDO : Je ne te vois pas ! Où es-tu ?

 

VOIX : Je n’ai pas un corps comme le tien, mais j’existe. Je suis en toi, dans ton cœur et, surtout, dans ta conscience.  Toujours à te parler et à t’inspirer. Tu n’es jamais seul !

 

RICARDO : … alors, tu me connais ?

 

VOIX : Je te connaissais bien avant ta naissance.

 

RICARDO : Pourquoi me parles-tu ?

 

VOIX : Pour te rappeler les cadeaux que je t’ai donnés ?

 

RICARDO : Des cadeaux ? Quels cadeaux ? Je n’ai reçu aucun cadeau !!!

 

VOIX : Tu les as bien reçus, mais tu les as peut-être oubliés. Ne t’inquiète pas, je te les ferai livrer à nouveau.

 

RICARDO : J’adore les cadeaux ! Quand les cadeaux vont-ils arriver ?

 

VOIX : Bientôt. À plus tard, Ricardo. 

 

La cloche sonne. Ricardo se lève et ouvre la porte. Une personne d’UPS, FEDEX ou d’une autre société de livraison connue se présente à la porte avec une boîte.

 

LIVREUR : J’ai une livraison pour Ricardo Monteiro da Silva. 

 

RICARDO : C’est moi. 

 

LIVREUR : Signez ici, s’il vous plaît.

 

Ricardo signe le papier et prend le colis avec une très grande carte au-dessus. 

Le livreur repart. Ricardo s’assied sur le canapé, ouvre la carte et la lit.

 

RICARDO : « Ricardo, voici mes cadeaux pour toi. Signé, Dieu le Créateur. » Génial, le cadeau est arrivé si vite ! Qu’est-ce que c’est ?

 

Ricardo ouvre la boîte. Dans la grande boîte, il y a 4 cadeaux emballés dans des boîtes séparées. Il regarde à l’intérieur de la grande boîte, mais il ne sort aucun des cadeaux. Il commence à compter les cadeaux en les montrant avec ses doigts.

 

RICARDO :  1, 2, 3, 4. Dieu m’a envoyé plus qu’un cadeau ! Super !

 

ANTONIO : (arrive dans le salon) Salut, frère ! J’ai entendu la sonnette. Qui était-ce ?

 

RICARDO : Antônio, tu ne vas pas y croire ! C’était un livreur avec des cadeaux de Dieu pour moi. Tu veux les voir ?

 

Ricardo montre la grande boîte ouverte à son frère. Son frère regarde à l’intérieur de la boîte et est surpris !

 

ANTONIO :  Tu as reçu 4 cadeaux ! Que vas-tu en faire ? Tu vas les partager ?

 

RICARDO : Non, ils sont tous à moi. Je vais prendre tous ces cadeaux et voyager, rencontrer de nouvelles personnes. J’ai toujours voulu faire ça. Je veux de nouvelles expériences !

 

ANTONIO : Mais nous serons tristes de te voir partir. Tu pourrais rester ici et partager ces cadeaux avec nous.

 

RICARDO : Non ! Je pense que tu es jaloux de mes cadeaux ! 

Peut-être que Dieu, lui aussi, t’en a donné et que tu ne les as pas encore trouvés !

 

SCÈNE 2

 

Ricardo se tient sur un côté de la scène avec sa grande boîte-cadeau. Le père et la mère de Ricardo sont de l’autre côté de la scène, enlacés et tristes. La mère tient un mouchoir dans ses mains et essuie ses larmes. Ils font un signe d’au revoir à Ricardo avec leurs mains et Ricardo fait un signe d’au revoir de loin. Ricardo et ses parents quittent la scène.  

 

SCÈNE 3

 

Ricardo est assis par terre avec la boîte-cadeau sur ses genoux. Il l’ouvre et regarde à l’intérieur.

 

Un groupe de 3 personnes entre en scène. Elles parlent fort, chantent, se poussent l’une l’autre de manière ludique. Après quelques secondes, elles remarquent que Ricardo est assis. Elles pointent du doigt Ricardo, encore à mi-distance, et s’approchent de lui.

 

PERSONNE 1 : Bonjour ! Que faites-vous là tout seul ? 

 

RICARDO : Moi, je pense à la vie !

 

PERSONNE 1 : Il ne faut pas penser à la vie, mon ami. Il faut l’apprécier !

 

PERSONNE 2 : C’est vrai. Regardez comme nous sommes heureux !

 

RICARDO : (en les regardant) Oui, vous avez l’air très joyeux. 

 

PERSONNE 2 : Alors, venez être heureux avec nous et vous amuser.

 

RICARDO : Chez moi, je ne m’amusais pas beaucoup. Je suppose que c’est pour ça que je suis parti.

 

PERSONNE 3 : Parti ? Vous avez quitté la maison ?

 

RICARDO : Oui. J’ai envie de voir le monde et vivre d’autres expériences.

 

PERSONNE 1 : Et vous avez laissé tout ce que vous aviez ?

 

RICARDO : J’ai quitté ma famille, ma maison, mais j’ai apporté mes cadeaux.

 

PERSONNE 2 : Cadeaux ? Quels cadeaux ? (Curieux)

 

RICARDO : Les cadeaux que Dieu m’a donnés. Ils sont ici dans cette boîte.

 

PERSONNE 2 : Oh là là ! Vous avez reçu un cadeau de Dieu ! Le tout-puissant ? (sarcasme)

 

PERSONNE 1 : Montrez-nous vos cadeaux.

 

Ricardo ouvre la boîte et les 3 PERSONNES regardent à l’intérieur. 

 

PERSONNE 3 : Quoi ? Vous n’avez toujours pas ouvert vos cadeaux. Je vous aide !

 

La PERSONNE 3 met la main très rapidement dans la grande boîte sans demander la permission et en sort une boîte. Elle déchire le papier-cadeau en ouvrant le cadeau sans ménagement. Elle sort un morceau de papier de l’intérieur de la boîte écrit en grosses lettres : PROSPÉRITÉ / ARGENT

 

PERSONNE 3 : J’ai aimé celui-ci. Ce cadeau est celui de la prospérité et de l’argent.

 

RICARDO : Donnez-moi mon cadeau ! 

(N’aimant pas la situation et essayant de reprendre le papier, sans succès)

 

PERSONNE 3 : Du calme, mon ami. Nous ne volerons pas votre cadeau !!!

 Mais ce cadeau-là est très bien.  Dieu vous a donné un tel cadeau pour vous amuser, pour profiter de la vie, pour faire des folies… pour être heureux, n’est-ce pas ? 

(Tout en regardant ses amis, les poussant du coude et leur faisant un clin d’œil) 

 

La PERSONNE 2 met très rapidement sa main dans la boîte sans demander la permission et en sort une autre boîte. Elle déchire le papier-cadeau en ouvrant le cadeau sans ménagement. Elle sort un morceau de papier de l’intérieur de la boîte écrit en grosses lettres : AMIS.

 

PERSONNE 2 : Super, ce cadeau-là, vous n’en avez même pas besoin (en lisant) « AMIS ». 

Nous sommes vos vrais amis. Vous n’allez pas avoir besoin d’autres amis. 

(La personne 2 remet le papier dans la boîte et la jette par terre)

 

RICARDO : Non ! Ne jetez pas ce cadeau ! Il est venu de Dieu !

 

PERSONNE 2 : Ne sois pas stupide. J’ai déjà dit que NOUS sommes vos vrais amis !

 

PERSONNE 1 : (En regardant dans la boîte) Regardez, il y a un autre cadeau ici.

 

La PERSONNE 1 met très rapidement sa main dans la boîte sans demander la permission et en sort une autre boîte. Elle déchire le papier-cadeau en ouvrant le cadeau sans ménagement. Elle sort un morceau de papier de l’intérieur de la boîte écrit en grosses lettres : FAMILLE.

 

PERSONNE 1 : Quoi ? Dieu vous a donné une famille comme cadeau ??? 

Ah, voilà une autre chose dont vous n’avez pas besoin. 

(La personne 1 remet le papier dans la boîte et la jette par terre)

 

PERSONNE 3 : C’est vrai. Nous sommes votre vraie famille maintenant ! (en enlaçant Ricardo)

 

PERSONNE 2 : Avez-vous un autre cadeau ? (En regardant à l’intérieur de la boîte).

 

RICARDO : (en fermant la boîte très vite) Oui ! Mais celui-ci, je le garderai.

 

PERSONNE 1 : (en riant) C’est bien ! On ne veut pas ce dernier cadeau de toute façon !

 Celui-ci, c’est tout ce dont vous avez besoin pour être heureux. 

(en prenant le papier qui dit PROSPÉRITÉ et ARGENT et le secouant)

 

Tout le monde quitte la scène

 

SCÈNE 4

 

NARRATEUR : Ricardo et ses nouveaux amis s’amusent. Ils se promènent en gaspillant et en dépensant le cadeau reçu par Ricardo.

 

Scène de Ricardo avec les personnes 1, 2 et 3 s’amusant, riant, mangeant, dansant, buvant. Dans chaque activité qu’ils font, montrez l’un d’entre eux déchirant un morceau de papier qui dit PROSPÉRITÉ ET ARGENT. Ils continuent à couper et à jeter les petits morceaux sur le sol jusqu’à ce qu’ils aient coupé tout le papier.

 

RICARDO : Génial ! C’est très amusant ! Vous êtes vraiment de très bons amis ! 

Vous êtes assurément ma nouvelle famille. Et maintenant, qu’allons-nous faire ?

 Voyager, manger, nous promener ? Qu’est-ce que vous avez en tête ?



PERSONNE 3 : Pour faire tout cela, nous avons besoin de plus d’argent et il n’y en a plus. 

 

PERSONNE 2 : Vous devez aller chercher plus d’argent. Jetez un coup d’œil à votre boîte de Dieu ! (en riant !) Y a-t-il encore de l’argent ?

 

RICARDO : Il ouvre la boîte-cadeau et regarde. Non, nous avons tout gaspillé ?

 

PERSONNE 1 : Oui, tout.  Alors, ce n’est plus amusant d’être avec vous !

 

RICARDO : Que voulez-vous dire ?

 

PERSONNE 2 : Simple : pas d’argent, pas de plaisir !

 

PERSONNE 1 : Et pas d’amis !

 

RICARDO : Mais vous avez dit que vous étiez mes amis, ma nouvelle famille !

 

PERSONNE 3 : Vous êtes vraiment un idiot ! Facile à tromper ! 

 

PERSONNE 1 : Allons-y ! Voyons si nous trouvons un autre « ami » (en riant) dans les parages.

 

Les 3 personnes quittent la scène. Ricardo tombe au sol et s’assied en pleurant tout en tenant la boîte.

 

RICARDO : Je n’y crois pas ! Je pensais qu’ils étaient des amis sincères, mais ils n’étaient avec moi qu’à cause de mon cadeau. Et maintenant, qu’est-ce que je vais faire ? Je suis seul, sans argent et j’ai très, très faim… 

 

Ricardo monte et descend la scène avec sa main sur son ventre et tenant la grande boîte. 

 

RICARDO : Oh, quelle faim ! (Il s’assied par terre et voit des cochons en train de manger).

 

RICARDO : (Regarde les cochons) Oh là là, ils ont tellement de chance. Au moins, ils ont de la nourriture. 

 

Ricardo reste silencieux, le regard fixé sur les cochons. Tout à coup, il court vers eux et mange leur nourriture. Après avoir été rassasié, fatigué, il tombe sur le sol sale, se regarde et se met à pleurer…

 

RICARDO : Dieu m’a donné des cadeaux merveilleux et je n’ai pas su les garder et bien les utiliser. Regarde l’état dans lequel je suis ! Chez moi, j’ai toujours eu de la nourriture, un toit sur ma tête, de bons vêtements et j’ai toujours été bien traité. Qu’est ce que je vais faire ? Comme je regrette ?

 

(Ricardo réfléchit en silence) 

Je rentre à la maison, mais je ne sais pas si ma famille me recevra après tout ce que j’ai fait. 

 

Ricardo se lève et commence à marcher lentement vers chez lui en tenant la boîte. Sur le chemin, il voit la boîte-cadeau qui avait le papier écrit AMIS jetée par terre.

 

RICARDO : Ah, j’avais de vrais amis et je ne le savais même pas. (Il prend la boîte, la serre dans ses bras et la met dans la grande boîte. Il continue à marcher et voit la boîte-cadeau qui avait le papier écrit FAMILLE jetée par terre).

 

RICARDO : Dieu m’a donné en cadeau une famille merveilleuse, un père, une mère et un frère.  Je ne leur ai pas donné la valeur qu’ils méritaient. (Il prend la boîte, la serre dans ses bras et la met dans la grande boîte)

 

Ricardo marche de plus en plus fatigué et commence à apercevoir sa maison.

 

RICARDO : Je suis presque arrivé.

 

PÈRE : (Il est à la porte de sa maison et voit son fils de loin) Qui vient là-bas ? Mon Dieu, c’est Ricardo ! Mon fils bien-aimé !

 

Le père court et enlace Ricardo qui tombe à genoux et se met à pleurer.

 

RICARDO : Père, je ne suis pas digne que tu me serres dans tes bras. Je t’ai abandonné, je vous ai tous laissés. 

J’ai emporté avec moi tous les cadeaux que Dieu m’avait donnés, j’ai été égoïste. Pardonne-moi !

 

PÈRE : Mon fils adoré. Je suis content que tu sois de retour. Chaque jour, je me tenais à la porte en attendant ton retour. J’ai toujours eu la foi que Dieu te ramènerait un jour parmi nous.

Je vais organiser une fête pour célébrer ton retour. Allez, lève-toi, viens prendre un bain, puis manger. Nous avons beaucoup à célébrer, car mon fils était mort et maintenant il est vivant !

 

Viens, je vais dire à ta mère et à ton frère que tu es de retour. (Le père part).

 

Ricardo se tient au milieu de la scène. Il voit la grande boîte par terre et la ramasse en la tenant avec affection.

 

VOIX : Ricardo, mon fils, comment vas-tu ?

 

RICARDO : C’est toi, Dieu ? Ne me regarde pas. Je ne suis pas digne de ton regard.

 

VOIX : Ne dis pas ça, cher fils. Je garde toujours un œil sur toi !

 

RICARDO : Mais je ne suis pas digne !

 

VOIX : As-tu oublié l’autre cadeau que je t’ai offert et que tu n’as pas ouvert ?

 

RICARDO : Ma famille, mes amis et la prospérité…

 

VOIX : Oui, tu as oublié le plus important de tous, celui que tu portes toujours.

 

RICARDO : Qu’est-ce que c’est ?

 

VOIX : Ouvre ton cadeau (Il l’ouvre et sort le dernier morceau de papier écrit AMOUR.)

 

RICARDO : L’amour ! Comment ne l’ai-je pas remarqué avant ?

 

VOIX : Oui, Ricardo. C’est le cadeau le plus puissant que je te donne. L’amour ! Mon amour et le pouvoir que tu as d’aimer ! Je t’aime pour l’éternité et ne t’abandonnerai jamais, 

même dans les moments les plus difficiles de ta vie !

 

Les parents de Ricardo entrent en scène et le serrent dans leurs bras, tous heureux !

 

DERNIÈRE SCÈNE

 

NARRATEUR : Chaque jour, Dieu nous offre différents cadeaux. 

 

(Un ou plusieurs enfants entrent sur scène avec de grandes boîtes de cadeaux et les placent devant la scène).

 

Aujourd’hui, depuis votre réveil, Dieu vous a donné beaucoup de cadeaux.

 

(D’autres enfants arrivent sur scène avec de grandes boîtes-cadeaux et les placent sur le devant de la scène à côté des autres cadeaux). Et vous ? Comment ces cadeaux de Dieu se manifestent-ils dans votre vie quotidienne ?

 

TOUS : Soyons reconnaissants des cadeaux de Dieu dans nos vies !

 

LA FIN 

 

 

*Suggestion : les cadeaux de la dernière scène peuvent avoir des noms écrits pour que le public puisse les lire. Par exemple : joie, espoir, foi, santé, harmonie, travail, etc.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

En utilisant ce site web, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Nous utilisons des cookies pour vous offrir une excellente expérience et pour aider notre site web à fonctionner efficacement, nous ne diffusons pas de publicités. Nous nous engageons à protéger vos données conformément aux exigences du GDPR.