Meimei, pseudonyme d’Irma de Castro Rocha, était une éducatrice brésilienne. Après s’être désincarnée, elle s’est manifestée à travers les lettres de Chico Xavier.

 

Biographie de Meimei “Amour Pur”

Auteure Valle García

 

Irma de Castro, comme on l’appelait sur terre, est née le 22 octobre 1922 à Mateus Leme (Minas Gerais).

 

Issue d’une famille modeste, ses parents Adolfo Castro et Mariana Castro ont eu quatre autres enfants : Carmen, Ruth, Danilo et Alaíde.

 

Notre Meimei, comme on l’appellera plus tard, s’est retrouvée orpheline de père à l’âge de cinq ans.

 

Elle a toujours été une enfant gentille, douce et surtout très intelligente. Son caractère jovial, joyeux, spontané et très communicatif a conquis le cœur de tous ceux qui l’ont approchée.

 

Toute sa vie a été marquée par la maladie. Une néphrite qui l’a obligée à abandonner ses études malgré son talent d’étudiante, alors qu’elle était la première de sa classe pendant ses années d’études. Cependant, elle ne se laissa pas abattre par les difficultés et, douée d’une grande intelligence, elle s’efforça d’acquérir une culture et des connaissances par le biais de la lecture, qu’elle aimait tant. Cela a grandement contribué à affiner ses aspirations spirituelles. 

 

Sa bonté naturelle et sa profonde humilité ont fait place à cette charité qui rayonne du cœur. Elle était particulièrement touchée par la douleur des autres et cherchait toujours une occasion de s’approcher de la souffrance, se mettant immédiatement en empathie avec la personne qui souffrait, lui apportant réconfort et encouragement.

 

À l’âge de 20 ans, elle décide de partir avec sa sœur Alaíde à Belo Horizonte à la recherche d’un emploi. Elle suit une formation d’enseignante, car son amour pour les enfants est bien connu. C’est là, à Belo Horizonte, qu’elle rencontre l’amour de sa vie, son futur mari Arnaldo Rocha.

 

À l’époque, elle est en bonne santé, même si la maladie qu’elle traîne va et vient, et qu’elle a bon espoir de guérir.

 

Irma et Arnaldo se marient. Le mariage a lieu à l’église Saint-Joseph le 10 juin 1942.

 

L’histoire raconte qu’à la sortie de l’église, un mendiant s’est approché d’eux dans la rue, en rampant sur le sol. Il s’est approché des jeunes mariés et leur a demandé l’aumône. Meimei, sensibilisée par l’état dans lequel il se trouvait, lui a dit qu’elle n’avait rien d’autre à lui offrir que son bouquet de mariée, puisqu’ils venaient de quitter la cérémonie. Cependant, elle lui a donné son bouquet et l’a embrassé sur le front, montrant ainsi son immense amour pour ceux qui souffrent.

 

Son mari, après avoir lu le livre Moments de Pékin, de l’écrivain chinois-américain Lin Yutang, a commencé à l’appeler affectueusement Meimei, ce qui signifie “Amour pur”. Ce nom faisait partie des secrets de leur couple car c’est ainsi qu’Arnold la voyait : douce, aimante, d’une grande pureté d’esprit…

 

Malheureusement, leur belle histoire d’amour a une fois de plus été interrompue par la maladie.

 

En raison de son hypertension, Meimei perd peu à peu la vue, jusqu’à devenir pratiquement aveugle.

 

À cette époque, elle a commencé à avoir des visions. Elle parlait et parlait de sa grand-mère Mariana qui venait lui rendre visite et qui l’accompagnerait bientôt dans son voyage au ciel où elle rencontrerait tous ses enfants qu’elle n’avait pas pu mettre au monde.

 

Meimei désirait ardemment être mère, car comme nous le savons, son amour pour les enfants était incontestable, mais ses souhaits ne se sont jamais concrétisés.

 

Deux ans seulement après son mariage, elle tombe gravement malade et, malgré les efforts de son mari et après trois mois d’alitement, elle se désincarne le 1er octobre 1946.

 

Et c’est à partir de ce moment que notre chère Meimei sera connue à jamais par tous les spirites du monde et surtout par ceux qui se consacrent à la noble tâche d’éduquer l’âme des enfants et des jeunes.

 

Mais voyons d’abord comment se sont déroulés les événements.

 

Irma de Castro, notre Meimei, n’a pas été spirite durant sa vie physique, puisqu’elle a été éduquée dans la religion catholique. Cependant, comme nous avons eu l’occasion de le voir, l’amour du prochain, l’humilité et la charité ont été les fleurs dont elle a couronné son esprit et qui lui ont offert les crédits de lumière avec lesquels elle allait entrer dans le monde spirituel.

 

Meimei était clairvoyante, conversait avec les esprits et avait accès aux souvenirs de ses vies antérieures. Souvent, en lisant, elle regardait l’infini avec un enchantement indéfinissable. Interrogée par son époux bien-aimé, elle répondait qu’elle voyait des scènes d’autres époques, dont ils étaient les protagonistes. Cependant, Arnold, matérialiste avoué, détournait la question en déclarant que la mort était la fin pour les êtres vivants.

 

Lorsque Meimei s’est désincarnée, Arnaldo Rocha a continué à ne pas croire en Dieu, accablé et désemparé par la perte de sa bien-aimée.

 

Mais la Divine Providence, qui ne nous abandonne jamais, avait préparé pour Arnaldo une rencontre qui allait changer sa vie à jamais.

 

Cinquante jours après la désincarnation de Meimei, Arnaldo rencontre Chico Xavier dans les rues de Bello Horizonte, douze ans après leur précédente rencontre au cours de laquelle ils s’étaient fugacement présentés.  

 

Ce jour-là, Chico dit à Arnaldo que Meimei voulait lui envoyer un message. Arnaldo est surpris, car personne d’autre qu’eux ne connaissait ce surnom affectueux par lequel il désignait sa femme bien-aimée.

 

Selon son propre récit, la conversation s’est déroulée comme suit : “Chico m’a regardé et m’a dit : “Fais-moi voir, mon fils, la photo de notre Meimei que tu gardes dans ton portefeuille”. Et après avoir regardé la photo, il a continué : ‘Meimei veut te dire quelque chose.

 

Arnold était désarmé, car il était impossible que Chico connaisse de tels détails.

 

C’est ainsi qu’il se rendit à une réunion de famille à laquelle Chico était présent, et que Meimei envoya son premier message psychographié.

 

Ces belles lettres psychographiées furent sans doute une source de consolation pour l’immense douleur qu’il ressentait. C’est alors qu’il devint spirite et fonda le Centre spirite Meimei.

 

Cette rencontre avec Chico a marqué sa vie, stimulant à jamais son amour pour l’étude de la philosophie spirite, et il s’est fait de nouveaux amis qui l’ont soutenu dans ses conquêtes ultérieures.

 

Mais Meimei voulait aussi se matérialiser devant lui, selon l’œuvre «Mandato de Amor» (Mandat d’Amour).

 

Il raconte qu’une nuit, il sentit un parfum délicieux et délicat, semblable à celui qu’elle avait l’habitude de porter de son vivant. Il a immédiatement vu une lumière dans le couloir et c’est alors qu’il a pu la voir.

 

 “Elle m’a regardé, m’a salué et s’est approchée de l’endroit où j’étais assis. Ses robes étaient légères et subtiles, elle était belle. Je me suis levé pour l’embrasser et j’ai senti battre son cœur spirituel. Nous nous sommes embrassés fraternellement, elle m’a caressé le visage et a joué avec mes oreilles, comme elle aimait le faire. “

 

Au fil du temps, Chico a donné diverses informations sur Meimei et ses vies antérieures. Sur le plan spirituel, elle était la même Blandina, mentionnée par André Luiz dans l’ouvrage Entre Ciel et Terre”, et qui vit dans la Colonie Spirituelle “Notre Maison”.

 

Chico a également révélé deux réincarnations bien connues de Meimei.

 

L’une d’entre elles a eu lieu au VIIIe siècle avant J.-C., alors qu’elle était la princesse Mabi.

 

Poursuivie par un lion, elle fut sauvée par un général de l’empire assyrien et babylonien, nommé Beb Alib, l’une des réincarnations d’Arnaldo Rocha.

 

Dans une autre de ses vies, elle a également été Blandina, un personnage du livre Ave, Cristo ! de Chico Xavier.

 

Blandina était la fille de Taciano Varro, l’une des réincarnations d’Arnaldo Rocha.

 

Elle est certainement un esprit de lumière.

 

Meimei, après une formation d’institutrice, continua à enseigner à quelques enfants, mais elle n’arrêta pas son travail avec les petits du Monde Spirituel, leur dédiant tout son amour et les plus belles compositions psychographiques.

 

Meimei a laissé d’innombrables messages et livres par l’intermédiaire de Chico Xavier :

  • Meditações Diárias par les bienfaiteurs spirituels Meimei et Bezerra de Menezes: il s’agit d’une collection de textes qui incitent à la réflexion pour une vie plus heureuse
  • «Notre Père» est l’un des principaux livres de Meimei. C’est un classique de la littérature spirite pour enfants. Meimei y transmet les enseignements de Jésus aux enfants par le biais de poèmes, d’histoires et de légendes
  • L’Évangile à la maison
  • Le livret du bien
  • L’amitié
  • Seulement l’amour
  • Dieu attend
  • Les sentinelles de l’âme
  • Les mots du coeur

 

Emmanuel, guide spirituel de Chico Xavier, cite Meimei et sa contribution dans le livre «Les mots du coeur»:

 

 «Les créations de Meimei, autour des expériences humaines les plus variées, éveillent toujours en nous l’idée que notre chère sœur, symboliquement, possède le cœur sous forme de harpes, dont les cordes composent de belles et sages leçons, véritables mélodies en prose dans lesquelles nous sommes propulsés vers les Sphères Supérieures de la Vie.»

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

En utilisant ce site web, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Nous utilisons des cookies pour vous offrir une excellente expérience et pour aider notre site web à fonctionner efficacement, nous ne diffusons pas de publicités. Nous nous engageons à protéger vos données conformément aux exigences du GDPR.