Vivre dans un monde pacifique, avec la paix dans nos foyers, nos familles et nos relations, est un désir que beaucoup partagent, mais qui demande des efforts et de la patience. La famille est le berceau où la paix devrait être pratiquée et cultivée, mais est-ce possible, compte tenu des nombreux défis à relever ? Oui. Cet article fournit des informations et des idées sur la manière dont nous pouvons favoriser la paix au sein de notre famille et de notre société.

Bernadete F. Leal 
États-Unis

 

Vivre dans un monde en paix, avec la paix dans nos foyers, nos familles et nos relations, est un désir partagé par beaucoup. Cependant, atteindre cet état de paix demande des efforts et de la patience, car cela ne se fait pas du jour au lendemain. Il faut le cultiver et le développer au fil du temps, comme une graine qui a besoin d’eau et de lumière pour pousser.

La base de la paix se trouve dans le foyer, les parents et les enfants travaillant ensemble à la construction d’un foyer paisible. Malheureusement, les cas de violence, de relations abusives, de manque de respect, de cris et d’agression sont très fréquents dans les foyers. Lorsque les enfants sont exposés à de tels comportements, ils ont tendance à reproduire ces schémas au sein de la société et dans leurs relations.

Beaucoup d’enfants qui ont un comportement agressif essaient de faire passer un message ou ont été exposés à la violence par le biais de jeux, de films ou d’individus. Les enfants sont très impressionnables et absorbent leur environnement comme des éponges, imitant le comportement qu’ils observent à la maison et apprenant des personnes et de leur entourage.

Une méthode efficace pour apprendre aux enfants à adopter un comportement pacifique consiste à leur montrer des méthodes positives pour gérer les situations stressantes et les conflits. Une excellente technique pour y parvenir consiste à faire des exercices de réflexion, dans lesquels vous exprimez verbalement votre façon de penser, vos émotions et les étapes nécessaires à la résolution d’une situation. Par exemple, le parent dit : “Je me sens très contrarié en ce moment ; j’ai besoin de faire une promenade ou de respirer profondément pour me calmer avant d’aborder ce problème.” Après l’explication, il convient de montrer l’exemple en encourageant l’enfant à participer à cette pratique.

Le premier pas vers une solution pacifique implique la détermination de traiter le problème de manière constructive et empathique. Même si vous n’êtes pas toujours d’accord avec le point de vue de l’enfant, il est essentiel de vous engager à faire face à la situation sans avoir recours aux cris, à la violence, à la colère ou au dénigrement. Si, sur le moment, il vous est difficile d’y parvenir, faites une pause, respirez profondément et priez toujours pour avoir la force et la sagesse d’agir face à la situation.  Jésus a été un modèle étonnant en calmant la mer, disant aux eaux dans Marc 4:39, “Taisez-vous ! Calmez-vous !” C’est un bon mantra à répéter lorsque nous sommes stressés.

Rappelez-vous qu’il n’est pas toujours possible de trouver une solution immédiate à tous les problèmes avec nos enfants. Cependant, nous pouvons faire le premier pas vers la paix en reconnaissant leurs émotions sans les juger. Il s’agit de considérer l’enfant avec empathie et de comprendre qu’il se trouve à un niveau particulier de développement émotionnel et que la situation peut être difficile tant pour le parent que pour l’enfant.

L’ego peut, dans de nombreux cas, entraver notre capacité à rester calme, ce qui conduit à la frustration. Cependant, si nous considérons la situation dans la perspective de la vie éternelle, le problème devient plus facile à gérer. C’est comme si l’on voyait une ville du haut d’une montagne et que l’on se rendait compte qu’elle est moins imposante de loin. Ce que nous oublions souvent, c’est que nos enfants progresseront sans aucun doute, quelle que soit l’issue de la situation actuelle, si ce n’est dans cette vie, dans d’innombrables autres.

Il est essentiel de reconnaître que Dieu et nos guides spirituels travaillent constamment avec nous et nous aident, en particulier dans les moments difficiles. Face aux difficultés, il faut essayer de se concentrer sur les bonheurs de notre vie. Au chapitre 9, point 7 de l’Evangile selon le Spiritisme, nous pouvons lire : « La vie est difficile, je le sais ; elle se compose de mille riens qui sont des coups d’épingle et finissent par blesser ; mais il faut regarder aux devoirs qui nous sont imposés, aux consolations et aux compensations que nous avons d’un autre côté, et alors nous verrons que les bénédictions sont plus nombreuses que les douleurs. »

Par conséquent, nous devons nous efforcer de cultiver un état d’esprit et un comportement pacifiques dans tous les aspects de notre vie. Pour parvenir à la paix extérieure, nous devons d’abord cultiver la paix intérieure. Éduquer les enfants sur l’importance de la paix et être un modèle de comportement pacifique sont des étapes essentielles pour atteindre cet objectif. Comme le disait Albert Einstein, « La paix ne peut être maintenue par la force ; elle ne peut être obtenue que par la compréhension. »



Sur l’auteure :

Bernadete F. Leal, titulaire d’un Master en Sciences de l’Éducation et enseignante en Californie, collabore depuis plus de 25 ans à la diffusion du Spiritisme aux Etats-Unis par le biais d’articles, de vidéos, de cours et de conférences. 

.



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

En utilisant ce site web, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Nous utilisons des cookies pour vous offrir une excellente expérience et pour aider notre site web à fonctionner efficacement, nous ne diffusons pas de publicités. Nous nous engageons à protéger vos données conformément aux exigences du GDPR.